CNRS

Campagne CAP CNRS – Information IR1 => IRHC et IRHC HEA => HEB

Posted on

Eléments d’information campagne IRHC

Changement de grade : IR1-> IRHC

Le mode d’organisation est exceptionnel cette année, car c’est la mise en place du PPCR.

En 2018, la CAP sera organisée définitivement .

Pour fin 2017 : 2 Campagnes en Une

  • 20 possibilités avec effet pour l’année 2017
  • 20 possibilités avec effet au 1er Janvier 2018

 

Conditions

  • Passage IR1-> IRHC AU CHOIX
    • étape incontournable : proposition d’inscription au tableau d’avancement par le DU (comme pour la campagne d’avancement des changement de corps et de grade pour les autres catégories d’ITA)
    • campagne 2017 : situation dernier échelon (5ème) IR1 au 31 Aout 2017
    • campagne 2018 : situation dernier échelon (5ème) IR1 au 31 Décembre 2017
    • pas de condition d’ancienneté dans l’échelon

Organisation

l’organisation n’est pas encore posée, mais, nous savons déjà que cette année :

  • la campagne reposera sur les dossiers annuels d’activités
  • pour les agents promouvables, ces dossiers pourront être réouverts du 24/10/17 au 24/11/17
  • les DU feront leur proposition sur la Fiche 5.3
  • les agents pourront reprendre leur dossier (possibilité de compléter)
  • puis passage aux Délégations pour faire des inter-classements en région (1 seule commission par région, pas d’experts IRHC,  que des DUs ou DUs adjoints), et ceci pour le changement de grade uniquement
  • enfin soumission des propositions et dossiers à la CAP des IR

Composition de la CAP

  • pas encore arrêtée :
  • Auront lieux les 30 et 31 janvier 2018

 

Changement d’échelon : IRHC HEA —> HEB

Conditions

  • Passage IRHC HEA 3 ème chevron à IRHC HEB AU CHOIX
  • étape incontournable : propositions faites par DU qui remonteront directement en National (inscription au tableau d’avancement)
  • 2 listes proposées par le DU :
    • 1ère liste (segment fonctionnel): IRHC ayant occupé dans les 4 années précédentes des fonctions dont la liste : fonctions d’encadrement, expertise, coordination de recherche, …… (pas encore passé au CT) <— segment fonctionnel
    • 2nd liste proposée par le DU : liée à l’ancienneté dans la limite maximum de 20% des possibilités en HEA , pour les IRHC 3 années au moins en HEA dernier échelon

Organisation

  • l’organisation est exceptionnelle cette année :
    • basés sur dossiers annuels d’activités qui vont être réouverts du 24/10/17 au 24/11/17
    • les DU feront leur proposition sur une fiche spéciale « 5.4 » qui sera rajoutée pour la campagne HEB
    • les agents pourront reprendre leur dossier (possibilité de compléter) pour la HEB, pas de dossier en région
    • la CAP d’avancement pour le changement HEB sera composée d’IRHC (CAP restreinte)
    • au titre de la campagne 2017 : 46 possibilités
    • au titre de la campagne 2018 : 46 possibilités

 

Composition de la CAP

  • CAP restreinte avec seulement des IRHC
  • les membres de cette CAP se réuniront pour étudier les dossiers au préalable
  • probablement pas de séparation de dossiers par BAP
  • la CAP d’avancement se déroulera fin Janvier 2018 avec celle du changement de grade IR1-> IRHC

Mardi 12 septembre : pour l’emploi, pour nos droits, pour nos salaires, agissons !

Posted on

Pour le budget de nos organismes, pour l’emploi, pour nos salaires, nos CHSCT… manifestons-nous demain :

Mardi 12 septembre 2017

A Paris, départ à 14h00

Défilé de la Place de la Bastille à la Place d’Italie

 

 

 

 

 

 

 

appel intersyndical-12092017-1

Entrée en vigueur du RIFSEEP au CNRS dès le bulletin de salaire de septembre 2017 !

Posted on Updated on

Entrée en vigueur du RIFSEEP au CNRS
dès le bulletin de salaire de septembre 2017 !

Le Sgen-CFDT RechercheEPST se félicite de la mise en place du RIFSEEP pour lequel notre syndicat a lutté sans relâche malgré l’hostilité (demande d’exemption, obstruction systématique, …) de certains (SNTRS-CGT, SNCS-FSU, SUD RechercheEPST , …) et la résistance de Directions ministérielles (MESR et Budget).

Le Sgen-CFDT RechercheEPST  se réjouit également que les 15 millions d’euros supplémentaires, provisionnés dans le cadre de la demande de rétroactivité par le CNRS, soient répartis sur la paie des ITA CNRS de septembre à décembre 2017 (barème transitoire).

Le Sgen-CFDT continue de demander l’ouverture de concertations pour relever le RIFSEEP au niveau de celui des universités bien plus favorable.

Pour informations :

  • Les notifications individuelles avec un courrier d’accompagnement seront envoyées aux agents entre le 6 et le 18 septembre 2017;
  •  Les PPRS moyennes de juillet et d’août 2017 seront soldées sur la paie de décembre 2017;
  • Les PFI moyennes de juillet et d’août 2017 seront soldées sur la paie de septembre 2017.

Retrouvez tous nos articles sur le RIFSEEP : http://epst-sgen-cfdt.org/?tag=RIFSEEP

 

Délégation Centre Limousin Poitou-Charentes : Lettre ouverte au président du CNRS

Posted on Updated on

Lettre ouverte au président du CNRS des syndicats de la DR8

 

Orléans, le 27 Juillet 2017

Réf : contact-intersyndicale@cnrs-orleans.fr

 

Monsieur le Président,

 

Au nom des représentants des personnels du campus CNRS d’Orléans, nous souhaitons vous alerter sur les conditions de travail particulièrement difficiles que subissent les agents de l’unité MOY800 (Délégation Régionale DCLPC).

Alertés à plusieurs reprises et suite à une réorganisation des services accompagnée de plusieurs déménagements, les représentants du personnel ont saisi les membres du CRHSCT dès juillet 2016. Bien que retardée à plusieurs reprises, une visite des services de l’unité MOY800 a été diligentée le 7 Juin 2017 par le CRHSCT. Le traitement du compte rendu de visite est en cours.

Cependant, la synthèse d’un questionnaire proposé aux agents, (67 réponses sur 96 agents concernés) indiquait qu’une majorité d’entre eux était en difficulté et rencontrait des conditions de travail difficiles voire très difficiles pouvant pour certains porter atteinte à leur santé. A titre d’exemple, les réponses au questionnaire font état de dénigrements abusifs du travail des personnels, voire directement des personnels eux-mêmes, d’un climat délétère avec usage de paroles grossières ; nombre de collègues indiquent venir travailler avec « la boule au ventre » ; 45% des répondant-e-s indiquent être confronté-e-s à des comportements agressifs au travail. »

Nous vous demandons que cette situation soit prise en compte rapidement par la direction du CNRS. Il est urgent de tout faire pour faire cesser ces conditions de travail plus que difficiles, rassurer les agents et mettre en place un mode de fonctionnement dans le respect des agents et de leurs fonctions, et dans l’intérêt général, de la Délégation Régionale comme des laboratoires.

Persuadés de l’attention que vous porterez à notre demande, concernant plus de 40 agents en souffrance, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président nos salutations respectueuses.

 

Les syndicats du Campus CNRS Orléans soussignés

SGEN-CFDT Recherche EPST, SNCS-FSU, SNTRS – CGT, SUD Recherche EPST, SNPREES-FO

CNRS & QVT : 43 projets récompensés dans le cadre de l’appel à projets sur la qualité de vie au travail

Posted on

Parmi les 131 propositions (aménagement d’espaces de convivialité, animation de temps d’échanges, organisations d’évènements de cohésion, ateliers extra-professionnels…), 43 projets portés par 64 unités ont été sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets « Améliorer la qualité de vie au travail », lancé par la Direction des ressources humaines. Cette mesure touche près de 8750 agents.
En savoir plus : http://blog-rh.cnrs.fr/43-projets-recompenses-cadre-de-lappel-a-projets-qualite-de-vie-travail/

Membre du Conseil d’Administration du CNRS

Posted on

Les Représentants Sgen-CFDT Recherche EPST au Conseil d’Administration du CNRS sont :

Titulaires :

  • Claudia ZLOTEA (Chargée de Recherche)
  • Yannick BOURLÈS (Ingénieur de Recherche)

Vous pouvez les contacter par email : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Retrouvez les autres élus ou représentants sur cette page .

CNRS : Michel Mortier est nommé délégué général à la valorisation

Posted on Updated on

Par René-Luc Bénichou – Le lundi 26 juin 2017 -AEF – dépêche n°563980 

Michel Mortier, directeur de l’Institut de recherche de chimie Paris (CNRS-Chimie ParisTech) et conseiller du président du CNRS sur les politiques de sites, est nommé délégué général à la valorisation de l’organisme de recherche, annonce ce dernier lundi 26 juin 2017. Il succède à Nicolas Castoldi, devenu directeur adjoint du cabinet de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation , Michel Mortier devient ainsi membre du directoire du CNRS et aura en charge « le pilotage et la coordination de l’ensemble des activités de l’organisme en matière de valorisation et de transfert ».

 

Article original : Section Nord-Est du Sgen-CFDT Recherche EPST

Conseil d’Administration du CNRS : Une chercheuse et un Ingénieur élus pour le Sgen-CFDT

Posted on Updated on

Cher(e)s Collègues,

Nous tenons sincèrement à remercier toutes celles et ceux d’entre vous qui nous ont accordé leur suffrage.

Grâce à votre soutien, le Sgen-CFDT RechercheEPST obtient deux sièges au Conseil d’Administration du CNRS.
Claudia ZLOTEA (Chargée de Recherche) et Yannick BOURLÈS (Ingénieur de Recherche) défendront les intérêts collectifs et individuels des agents du CNRS.

Résultats du dépouillement du 27 juin 2017 :

  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST est en tête avec 28.69% des suffrages exprimés (en hausse de 6,5% par rapport aux élections de 2013)
  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST est le seul syndicat à obtenir 2 sièges
  • 4 autres syndicats disposent d’un seul siège : SNTRS-CGT (IT), SNCS-FSU (CH), SUD (CH), SNPTES (IT)
  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST devance de plus de 8 points le SNTRS-CGT et de 11 points le SNCS-FSU

Le résultat de ce vote montre la confiance et l’attachement des agents aux valeurs et aux positions défendues par le Sgen-CFDT RechercheEPST.
Notre organisation syndicale est consciente de la responsabilité qui lui est renouvelée et saura s’en montrer digne en restant fidèle à ses engagements.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST
 

Vous pouvez consulter la liste des candidats présentés et notre profession de foi sur cette page : http://epst-sgen-cfdt.org/?p=1802

Note DRH CNRS : Impacts du PPCR sur la campagne des dossiers annuels 2017 et avancements 2018 pour les catégories A

Posted on Updated on

Note de la DRH du CNRS, à l’attention des directeurs d’unité.

Lire la note : Note aux DU – impacts PPCR sur campagne DA 2017

Vous trouverez également les autres impacts du PPCR pour les Ingénieurs de Recherche sur cette page : http://epst-sgen-cfdt.org/?p=1831


Vous trouverez également les autres impacts du PPCR  : http://epst-sgen-cfdt.org/?tag=ppcr

Université Bretagne Loire : le CNRS souhaite se retirer et les établissements rennais relevant du MESRI sont en réflexion

Posted on Updated on

Par Diane Scherer

Le CNRS souhaite se retirer de l’Université Bretagne Loire dont il était l’un des membres fondateurs. Clarisse David, déléguée régionale du CNRS, explique dans un mail aux directeurs d’UMR que les orientations prises par la Comue « ne vont pas vers le développement d’un projet scientifiquement ambitieux, amené à évoluer vers une grande université de recherche de rayonnement international ». Elle observe que les choix faits par l’UBL « ont concouru à favoriser l’émergence de projets distincts, notamment en réponse à la 2nde vague d’appels à projets idex-isite ». L’annonce de ce retrait, qui n’est pas applicable immédiatement, intervient alors que les établissements rennais relevant du MESRI (Rennes-I, Rennes-II, ENSCR, Insa, ENS, Sciences Po) travaillent à la création d’une Université de Rennes, et envisageraient également de quitter la Comue, d’après les informations recueillies par AEF.

Alain Fuchs, président du CNRS, a informé par courrier, à la fin du mois d’avril, Pascal Olivard, président de l’Université Bretagne Loire, de sa volonté de se retirer de la Comue. La décision reste à formaliser lors du prochain CA du CNRS et via les démarches prévues dans les statuts de l’UBL (1). Dans un mail adressé le 19 mai dernier aux directeurs de laboratoire, Clarisse David, déléguée régionale du CNRS, rappelle que l’organisme de recherche avait « misé sur le fait que cette structure serait en mesure de bâtir puis de développer un projet scientifiquement ambitieux amené à évoluer vers une grande université de recherche de rayonnement international ». « Les orientations prises depuis lors ont été sensiblement différentes, poursuit Clarisse David, et ont concouru à favoriser l’émergence de projets distincts, notamment en réponse à la seconde vague d’appels à projets idex-isite. Dans ces circonstances, le président du CNRS a décidé le retrait de l’organisme de la Comue. »

Pour mémoire, après l’échec du projet d’idex portée par l’Université Bretagne Loire, trois projets d’isite ont été déposés par les sites de Nantes, Brest et Rennes. Seul le projet nantais a été labellisé

Ce retrait de l’UBL ne remet pas en question le soutien du CNRS à la soixantaine d’unités mixtes de recherche et de service implantées en Bretagne et Pays-de-la-Loire : « L’organisme continuera, comme il le fait depuis des années, à œuvrer au développement des recherches conduites sur ce territoire, dans le cadre de ses partenariats avec l’ensemble des établissements cotutelles des unités », précise la déléguée régionale du CNRS.

LES RENNAIS EN RÉFLEXION

La Comue connaît également, en ce moment, d’autres turbulences : le départ possible des établissements rennais relevant du MESRI. Le projet d’isite rennais, non retenu par le jury international, qui a cependant salué sa qualité scientifique, a achoppé sur des problèmes de gouvernance. Dans son avis, le jury a écrit : « Le projet ne présente pas clairement le projet d’université cible, ni ce que seront les relations entre les deux universités et tous les autres partenaires. La façon dont les écoles seront intégrées dans l’université-cible reste incertaine »

Après cet échec, les acteurs rennais de l’ESR, et en premier lieu les établissements relevant du MESRI (Rennes-I et Rennes-II, l’ENS, l’ENSCR, Sciences Po, l’Insa), ont décidé de poursuivre leur réflexion sur la structuration du site. Une structuration qui pourrait passer par la création d’une Université de Rennes et par un départ de la Comue, d’après les informations recueillies par AEF. Des acteurs rennais évoquent « la question de la simplification » comme une « priorité » et insistent sur la nécessité de doter le site, « qui a un potentiel extraordinaire », « d’une véritable gouvernance, qui donne une véritable place aux universités et aux écoles ». Une lettre d’engagement devrait être signée par les CA des six établissements rennais, avant la mi-juillet. Les acteurs de ce dossier, sollicités par AEF, n’ont pas souhaité s’exprimer, les différents partenaires étant encore « en phase de dialogue ».

(1) Les statuts de la Comue prévoient un certain nombre de démarches préalables, et ceux du CNRS également (consultation des instances compétentes notamment). L’article 2.4 des statuts de l’UBL prévoit que « toute décision de retrait d’un membre est communiquée au président de l’UBL avec un préavis minimum de six mois ». Cependant, un membre de l’UBL ayant exprimé un avis défavorable (cf article 8.2) peut demander que son retrait de la Comue soit effectif à la date d’entrée en vigueur des dispositions qui ne recueillent pas son accord.

 

Article original : Section Sgen-CFDT Recherche EPST Nord Est