COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE AVEC Antoine PETIT, P-DG du CNRS

Posted on Updated on

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE AVEC Antoine PETIT, P-DG du CNRS

 

A la demande de certains syndicats, la rencontre prévue le 5 février 2018 entre les organisations syndicales et Monsieur Antoine PETIT, nommé P-DG du CNRS le 24 janvier 2018 a été annulée.

La rencontre bilatérale entre le P-DG et la délégation Sgen-CFDT RechercheEPST a donc eu lieu le 22 février 2018.

En présentant notre syndicat, nous avons souligné qu’il s’inscrit dans la tradition réformatrice et progressiste de la CFDT et qu’il est la première organisation syndicale au CNRS.

En effet, lors des dernières élections au Conseil d’Administration du 27 juin 2017, les agents ont voté à près de 29% pour le Sgen-CFDT Recherche EPST.

Le résultat de ce vote a démontré la confiance et l’attachement des agents du CNRS aux valeurs et aux positions défendues par le Sgen-CFDT RechercheEPST

 

Régime indemnitaire et carrière des chercheurs

Le Sgen-CFDT RechercheEPST rappelle que la revalorisation du régime indemnitaire chercheur devient une impérieuse nécessité tant le décalage avec les autres secteurs de la fonction publique est flagrant. Les chercheurs ont droit à un régime indemnitaire décent !

Le Sgen-CFDT RechercheEPST demande la mise en place d’un groupe de travail pour étudier toutes les solutions qui pourront permettre un net rehaussement de la prime chercheur.

S’agissant de la PEDR ; Seuls,10 à 20% des chercheurs (suivant les EPST) bénéficient de cette prime relativement basse (3 500 euros/ an pour 80% des bénéficiaires au CNRS !).

Le Sgen-CFDT RechercheEPST, considère que le  travail  de  recherche  est avant tout un travail collaboratif : il ne saurait y avoir, au sein d’une équipe des chercheurs « super méritants »  ayant  le  bénéfice  d’une prime supplémentaire très importante et  les  autres  chercheurs  « un peu moins méritants » qui n’ont rien d’autre que la prime chercheur de base (environ 1 000 euros par an).

Une réelle augmentation du budget « prime chercheurs » est nécessaire afin que la prime de base corresponde à celle dont  bénéficient les agents A+ de l’établissement.

Antoine PETIT reconnaît qu’une réflexion est nécessaire et qu’il faudra en effet obtenir de la part du ministère un assouplissement du système de primes. Les primes sont un facteur d’attractivité.

S’agissant de la carrière chercheurs, le PPCR a permis la création de la hors classe pour les chargés de recherche et le prolongement à la hors échelle A de ce corps de chercheur.

Il est rappelé les positions du Sgen-CFDT Recherche EPST :

  • L’accès au grade de Chargé de recherche Hors classe doit être réservé en priorité au titre de la promotion et ne soit pas servir au recrutement ;
  • L’évolution logique d’un CRCN est le passage DR2 sans passer par le grade CRHC qui ne doit pas être le lot de consolation d’un concours DR2 raté. Le grade CRHC doit être réservé aux chargés qui ne peuvent, pour toutes sortes de raisons, candidater DR2.
  • Les chargés de recherche les plus anciens (dans le grade des ex CR1) doivent bénéficier rapidement et en priorité du passage à la hors classe ;
  • Suivant le principe selon lequel chaque fonctionnaire doit pouvoir dérouler une carrière complète sur au moins deux grades, l’accès d’un chercheur au grade CRHC doit être possible dès lors que son activité est jugée conforme à ses obligations statutaires par la structure d’évaluation de l’Etablissement
  • L’augmentation des postes au concours DR2.
  • La HEB pour les CRHC comme cela est maintenant prévu pour les MCF
  • Le décontingentement de la HEB (idem pour les IR)

 Le Sgen-CFDT RechercheEPST a également soulevé la question de la précarité des chercheurs non permanents.

L’intégration des jeunes chercheurs  doit  se  faire  le  plus  rapidement  après  la soutenance de thèse  afin  d’éviter  les  post-docts  à répétition, situations de grande précarité pour des jeunes de moins de 35 ans.

Antoine PETIT ne considère pas leur situation comme précaire dans la mesure où ils bénéficient d’une formation par la recherche dans nos unités. Tous les docteurs n’ont pas vocation à entrer dans la recherche publique. Il faut plus de docteur dans le secteur privé à fort potentiel d’innovation et le CNRS a son rôle à jouer dans la formation de ces docteurs. Il faut valoriser le titre de docteur auprès des entreprises privées et du secteur public.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST a rappelé au P-DG la déperdition des postes permanents de chercheurs, ingénieurs et techniciens depuis une dizaine d’années.

Il demande la mise en place de moyens financiers pour assurer les recrutements nécessaires et le fonctionnement correct des laboratoires.

Mise en œuvre du télétravail au CNRS

Le Sgen-CFDT RechercheEPST est favorable à la mise en place de ce dispositif au CNRS comme chez Inria. Nous souhaitons que le décret d’application puisse offrir aux agents qui le souhaitent et qui occupent des postes compatibles, la possibilité de télé-travailler de 1 à 3 jours en fonction du contexte professionnel de l’agent.

Cet aménagement doit permettre de maintenir l’équilibre entre travail à distance et temps passé dans les locaux de l’établissement, au contact des autres collègues.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST a informé le P-DG du lancement, fin 2017, d’une grande enquête sur le télétravail auprès des personnels du CNRS et de l’INSERM ou près de 7 500 réponses et plus de 3 500 commentaires ont été reçus.

Les commentaires de grande qualité montrent le souhait des agents d’une mise en place rapide de ce dispositif dans un cadre clair et protecteur.

Antoine PETIT précise qu’à INRIA tous les personnels sont éligibles. La mise en place du télétravail s’est fait dans le cadre du dialogue social. L’expérimentation est réalisée sur une journée télé-travaillée et à ce jour aucune revendication n’a été formulée ni par les organisations syndicales, ni par les personnels.

 

PPCR et RIFSEEP :

Le Sgen-CFDT RechercheEPST rappelle que ces dernières années, deux chantiers d’envergure ont mobilisé notre organisation syndicale :

Le PPCR qui est un progrès majeur et historique en termes de carrière, négocié et signé par la CFDT contrairement à d’autres syndicats qui ont refusé la mise en œuvre de ce dispositif.

 Le Sgen-CFDT RechercheEPST déplore l’arrêt des mesures du PPCR initialement prévues entre 2018 et 2020 pour les catégories A, B et C de la Fonction publique (revalorisations indiciaires de début ou fin de carrière, nouveau transfert « primes / points »).

Ce chantier est loin d’être terminé. Il reste à déterminer des dispositions pratiques comme les flux de changement de corps ainsi que la transposition statutaire d’un élément important du PPCR qui prévoit qu’un fonctionnaire doit pouvoir dérouler une carrière complète sur au moins deux grades dans toutes les catégories (A, B, C).

 Le Rifseep, basé essentiellement sur la fonction, est un nouveau régime indemnitaire plus juste et transparent que l’ancien régime de la PPRS, et adopté par la presque totalité des corps de fonctionnaires.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST se félicite de la mise en place de ce dispositif au CNRS, pour lequel notre syndicat a lutté sans relâche malgré l’hostilité (demande d’exemption, obstruction systématique, …) de certains syndicats et la résistance de Directions ministérielles (MESR et Budget).

Il reste là aussi à intégrer le fléchage des postes et surtout à obtenir la convergence avec les régimes indemnitaires de l’Enseignement Supérieur comme cela a été réalisé chez Inria, ou les socles d’IFSE sont alignés sur ceux des ITRF.

 

Le Sgen-CFDT RechercheEPST continuera à revendiquer l’alignement par le haut, des montants bruts de l’IFSE de base (minimum indemnitaire et expertise/technicité) dans tous les EPST et demande la reprise des discussions à ce sujet.

Antoine PETIT précise que l’obtention de socles supérieurs chez Inria est due à un travail collectif en amont.

Il reconnait la nécessité d’un alignement sur les ITRF.

 

Jour de carence 

Le gouvernement a décidé de réintroduire, avec un effet au 1er janvier 2018, un jour de carence pour le versement de la rémunération au titre du congé de maladie des agents publics.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST s’oppose à cette mesure et propose une réflexion sur la prise en charge de cette journée de carence par l’employeur, comme cela se pratique pour de nombreux  salariés du secteur privé.

Antoine PETIT semble sensible et intéressé par cette proposition sous réserve de la faisabilité réglementaire.

 

Politique sociale

Le Sgen-CFDT RechercheEPST est demandeur de la poursuite d’une politique sociale ambitieuse, à laquelle il est attaché, qui contribue au bien-être au travail des personnels et à l’attractivité du CNRS.

Le CAES est facteur d’attractivité et de cohésion.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST informe le PDG qu’une demande de financement pour la rénovation du centre d’Aussois, devrait-être adressée au CNRS.

 

A l’issue de cette première prise de contact, Antoine PETIT est apparu ouvert au dialogue social et déterminé à défendre le CNRS.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST jugera à l’usage ces bonnes intentions et ne manquera pas de dénoncer d’éventuelles dérives.