Présidentielle

La CFDT appelle à voter contre le Front National

Posted on Updated on

7 mai – 2nd tour de l’Élection présidentielle
LA CFDT APPELLE À VOTER
CONTRE LE FRONT NATIONAL

La CFDT appelle toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre République à se mobiliser pour battre la candidate du Front national, dimanche 7 mai et donc à voter pour son adversaire.

cfdtcontrelepen
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La CFDT a toujours lutté contre les totalitarismes, de droite comme de gauche, la xénophobie et le rejet de l’autre. La CFDT a aujourd’hui le devoir de s’opposer au Front national qui n’est pas un parti comme les autres : ses idées constituent une menace pour la démocratie, la solidarité, la justice sociale et l’égalité.

UN PARTI AUTORITAIRE ET ANTIDÉMOCRATIQUE

Le Front national ment quand il prétend parler au nom du peuple : la réalité de son programme, de ses pratiques politiques et de ses discours révèle qu’il a pour objectif la confiscation du pouvoir, l’élimination de la contestation et la mise au pas de l’ensemble de la société. Son projet social est inégalitaire et xénophobe et son projet politique est autoritaire et antidémocratique.

DES VALEURS OPPOSÉES À CELLES DE LA CFDT

La préférence nationale défendue par le FN est contraire à nos valeurs de syndicalistes, nous qui représentons des travailleurs du secteur privé et des fonctions publiques, qui sont solidaires, quelle que soit leur origine ou leur nationalité.

UN PROGRAMME ÉCONOMIQUE IRRESPONSABLE

Le FN veut sortir de l’euro : le retour au franc, dévalué, appauvrira les Français et la France. Le coût de la vie augmentera pour les plus modestes car les prix des produits importés (vêtements, électronique, essence…) exploseront. Les entreprises qui importent pour produire seront, elles aussi, pénalisées, avec des risques majeurs pour l’emploi.

UN PARTI INÉGALITAIRE

Le FN est partisan de la ségrégation scolaire et d’une fiscalité qui avantage les plus riches.
Priver certains enfants d’un avenir en leur refusant l’accès à l’école et à l’éducation, comme interdire l’accès aux soins à des malades est inacceptable. Aucune société ne prospère durablement en laissant de côté une partie de la population.

Voter contre Marine Le Pen c’est voter pour la démocratie.
Ce n’est pas donner un chèque en blanc à Emmanuel Macron. La CFDT saura rappeler à celui-ci l’exigence de réconcilier un pays profondément divisé par une politique porteuse de progrès social pour tous.
Aujourd’hui, l’urgence est de faire barrage au Front national.

Visite de M. Macron à l’Inria : les « grands esprits » se rencontrent…

Posted on

Communiqué de presse des organisations syndicales de l’Inria, SNCS-FSU, SNTRS-CGT, Sgen-CFDT, 14 avril 2017

Visite de M. Macron à l’Inria : les « grands esprits » se rencontrent…

En cette période de campagne électorale, M. Macron annonce sa visite à l’Inria, le vendredi 14 avril 2017.

Il doit se rappeler la politique d’austérité à laquelle il a contribué depuis son poste de ministre à Bercy entre 2014 et 2016 : une subvention d’État pour l’Inria insuffisante pour financer le nombre de postes pourtant autorisés. M. Macron a aussi cosigné le « contrat d’objectifs et de performance » 2015-2019 de l’Inria qui s’engageait à mettre en œuvre un plan social (80 agents des services administratifs et informatiques en moins en 4 ans). En prévision de la suppression des 120 000 postes de fonctionnaires qu’il annonce dans son programme, M. Macron vient donc sûrement observer comment la direction de l’Inria a mis en œuvre ses injonctions.

De son côté, la direction de l’Inria a très bien appliqué les propositions de M. Macron en termes de dialogue social : « procéder par ordonnances, parce que c’est plus rapide et efficace » que le dialogue social [1]. À l’Inria, depuis des mois, c’est bien la philosophie qui a été retenue :  » On « dialogue social » et le PDG « décide » » sans tenir le moindre compte des avis des CHSCT, CA, CT Inria, assemblées générales, pétitions, qui relayent les craintes et propositions alternatives des agents [2].

Délétères pour l’institut, ces décisions et façons de faire (vite et mal) précipitent des départs, fragilisent les collectifs de travail, démotivent les agents… quand elles ne portent pas atteinte à leur santé. En oubliant leurs responsabilités en matière de santé et sécurité [3], l’État employeur et la direction de l’institut risquent de se rendre responsables de maltraitance institutionnelle, envers les agents, envers la recherche.

[1] http://www.latribune.fr/economie/france/presidentielle-2017-agir-par-ordonnances-un-choc-de-confiance-necessaire-justifie-macron-684467.html
[2] voir http://sncs.fr/Le-dialogue-social-a-l-Inria-mars-3933
[3] https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000023032086&idSectionTA=LEGISCTA000006178066&cidTexte=LEGITEXT000006072050

contacts : sncs@inria.fr, cgt@inria.fr, cfdt@inria.fr

PRÉSIDENTIELLE 2017 : Les priorités du Sgen-CFDT pour l’enseignement supérieur et la recherche

Posted on Updated on

Ce dossier (format PDF – 50 pages) a été remis aux candidats à l’élection présidentielle (à l’exception de la candidate du Front National) et transmis aux journalistes du champ de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

« Les systèmes éducatifs et universitaires français sont régulièrement au cœur du débat public : leurs objectifs, leur efficacité sont questionnés. Nos services publics d’éducation, d’enseignement supérieur, de recherche, de jeunesse et des sports, et d’enseignement agricole public se sont transformés, continuent de le faire.

En tant que syndicat qui rassemble tous les personnels, quels que soient leur métier et leur statut au sein de ces services publics, la fédération des Sgen-CFDT défend les intérêts de tous les personnels. Nous portons aussi une vision des services publics d’éducation compris au sens large et des transformations à mener pour améliorer aussi bien la qualité du service public que les conditions de travail des personnels.

Le dossier que nous vous adressons rassemble nos analyses et propositions sur des thématiques qui nous semblent devoir être au cœur de l’élaboration des politiques publiques dans les 5 années à venir. Il ne s’agit donc pas pour nous de présenter de manière exhaustive les revendications que nous portons. »

17952440_10155155421734763_2745654259655812650_n

Cliquez sur l’image pour charger le document complet (format PDF – 50 pages)

Voir l’article original